Publications

RETOUR SUR LES QUESTIONNAIRES DE FIN D’ANNÉE 2018/2019

Vous avez été 85 à répondre à répondre à notre questionnaire, 84% de femmes, autant d’élèves de Marseille que d’Aix.

Merci !

C’était passionnant de vous lire et cela nous a beaucoup inspiré, notamment pour finaliser les plannings de l’an prochain que vous trouverez en ligne. Nous avons longuement débattu en équipe de tous les points que vous lirez ci-après, c’était bon de se remettre en question, riche et créatif, merci ! Cela nous a aussi permis de comprendre qu’il y a certains points sur lesquels vous avez besoin de plus d’informations.

Vos suggestions ayant rencontrées les nôtres, vous trouverez donc dans les plannings de la saison prochaine:

Un cours de pranavashya, plus de cours de mysore (notamment un long créneau le lundi matin à Aix), un cours de back bend, l’arrivée du full vinyasa à Aix, des cours avancés pour explorer la 2 ème série, des cours plus tardifs notamment à Marseille où tous les cours du soir ont été doublés, du yin yoga,  des cours d’une heure et des cours d’une heure trente, du pilates, un cours régulier de méditation, plus de cours entre 9h et midi et la création d’un cycle d’introduction à la pratique de l’ashtanga et d’introduction à la pratique Mysore. Voici les sujets sur lesquels vous nous avez questionnés :

  • Vous avez envie de moments d’échanges informels après la pratique, joie de le savoir ! Nous avons une proposition à vous faire : ceux d’entre vous qui souhaitent s’impliquer avec nous pour cela sont invités à se faire connaitre pour organiser des temps d’apéro, brunch , film dans la salle ou autre dans la salle ou ailleurs. Soyez créatifs !
  • Vous nous demandez plus de stages, d’ateliers et de retraites : ça tombe bien c’est ce dont nous avions envie aussi ! Nous avons pas mal d’idées en gestation qui verront le jour début septembre, notamment des ateliers d’approfondissements sur les postures.
  • Vous nous dites être à l’étroit dans les vestiaires… C’est vrai. L’économie du yoga étant très serrée (voir ci-après) nous avons privilégié des espaces simples pour maintenir des tarifs bas, favoriser la rémunération des enseignants plus que des lieux et maintenir des cours en petit nombre. Nous commençons à penser à des espaces plus grands, avec café etc … mais ce n’est pas pour tout de suite. Si vous avez des idées pour de nouveaux lieux, nous avons besoin de vous ! Notamment pour nos salles de formation.

Deux sujets essentiels sur lesquels vous nous avez interrogés

1/ Les cours sont trop pleins, vous nous en parlez beaucoup, c’est entendu ! C’est un vrai sujet, merci !
Notre choix jusqu’à maintenant a été, à l’encontre des salles avec réservation, de créer de la souplesse pour tous. Quand vous vous déplacez nous avons à cœur d’accueillir tout le monde, cela fait partie du yoga pour nous, ne pas tout prévoir, accepter la promiscuité, partager l’espace, accueillir une contrariété, arriver à trouver son propre espace en respectant l’espace de l’autre, travailler l’intériorisation des sens … Passionnant ! Nous aimons pouvoir vous laisser vous décider à la dernière minute. Les plannings sont pensés pour créer le plus de souplesse possible afin que vous puissiez venir le plus souvent possible.
Egalement, Yama a encore besoin de trouver son équilibre économique : pour y arriver, nous avons besoin de votre collaboration et de vos idées pour réfléchir à des solutions pour faire vivre tous les enseignants. Cependant, pour satisfaire nos et vos critères de qualité il est nécessaire de ne pas être trop nombreux dans la salle. Exceptionnellement ok, régulièrement, non.

C’est pourquoi nous avons donc décider de mettre en place des choses nouvelles d’ici la rentrée pour étaler la fréquentation et avoir des cours moins remplis :

** Doubler tous les cours du soir notamment à Marseille afin de diviser le nombre d’élèves par deux

** Ajouter des cours dans les 2 villes

** Créer un CYCLE d’INTRO ASHTANGA pour que ceux qui viennent découvrir l’école désengorgent les cours. Désormais les nouveaux élèves pourront recevoir toutes les indications nécessaires en termes de sécurité, de détail de postures, de méthode pédagogique d’explications des mots sanskrits et des rituels qui peuvent sembler étranges au premier abord (chant du mantra, noms sanskrit, peu d’explications dans les postures etc …). Ce cycle de 4 cours permettra également de maintenir un niveau de pratique plus homogène dans chaque cours, ce qui était une de vos demandes, afin que le groupe ne soit pas freiné dans sa progression.

** Le Cycle d’intro MYSORE permettra lui de vous familiariser avec la pratique
MYSORE STYLE, autonome et en silence qui est clairement la seule qui peut vous faire progresser quand vous avez acquis les bases de la première série. Cet enseignement est pour nous le plus puissant car le plus individualisé, il prend en considération le rythme et l’histoire de chacun pour l’amener vers la dimension profonde de la pratique. Plus de personnes au Mysore va désengorger les cours dirigés.

** Vous nous demandez aussi de ne plus accepter les retardataires qui dérangent le début du cours. Après en avoir longuement débattu en équipe, voici quelle a été la règle adoptée en intelligence collective : nous avons tous le droit d’être accueilli un peu en retard exceptionnellement et c’est trop frustrant de trouver porte close quand on s’est mis en 4 pour arriver à son cours de yoga. A partir de septembre, nous tolérerons donc 5 minutes de retard, puis la porte de la salle sera fermée afin de respecter le groupe et la qualité de l’enseignement. La ponctualité est un apprentissage (j’en sais quelque chose !), c’est une façon de prendre soin de soi, du temps que je m’offre pour moi en venant au yoga. C’est aussi une façon de rester en
lien avec le groupe, de respecter chacun à commencer par soi. Bref, nous apprenons tous, ensemble.

2/ Enfin, la question des FINANCES.
J’avoue avoir été très surprises que certains d’entre vous croient que Yama est une école qui a « beaucoup d’argent ». Nous avons accueilli votre remarque sur les « prix trop chers » : que les prix soient trop chers par rapport à ma bourse c’est un fait, mais trop chers en soi, c’en est un autre. Après avoir regardé les tarifs des autres écoles de yoga, je peux vous confirmer que nous sommes, et de loin, parmi les moins chers. Je compare avec ceux qui comme nous ont fait le choix de créer une société

(Yama est une SARL) et / ou le choix de respecter toutes les lois de notre pays en rapport avec l’enseignement du yoga et les bénéfices financiers que l’on peut en tirer. Ce choix de la légalité et de la transparence a certes un vrai poids financier notamment à cause de la TVA mais le fait de contribuer à l’effort national en toute légalité crée de la stabilité, de la sécurité et de la fluidité énergétique. Si je regarde les tarifs de cet été pour la réinscription, le cours le plus cher est à 13,02€ et le moins cher (si vous venez 4 fois / semaine) à 6,74€, cela baisse encore quand vous venez plus. Oui nous pourrions faire comme généralement répandu et vous proposer un tarif plus cher à la carte mais le système des abonnements a été pensé pour être aligné sur nos valeurs d’enseignement : le yoga fonctionne dans la régularité et la durée. La
constance et la persévérance sont des compétences que nous souhaitons vous transmettre aux côtés de l’enthousiasme de la pratique.

Sachez que chaque année nous relevons un nouveau challenge pour arriver à finir la saison dans un relatif équilibre financier. Chaque année, quelque chose avance et se solidifie. Cette année c’est l’arrivée de Murielle au poste d’assistante administrative et nous sommes fier d’avoir pu générer cet indispensable poste, et joyeux d’accueillir Murielle !

Afin que vous compreniez « où passe l’argent », nous nous sommes amusés  faire un petit calcul de moyenne :
Sur 10€ que vous donnez à Yama,
1,67€ vont à l’Etat pour la TVA
2,40€ vont pour nos charges (loyer, assurance, edf, tel etc…)
0,40€ vont à la communication (site, news etc)
1,80€ vont à l’administration (emails, réservations, compta)
3,73€ vont aux enseignants
Notre objectif est de continuer à chercher l’équilibre qui vous permette d’accéder financièrement aux cours tout en créant une vraie sécurité financière pour les enseignants. Pour y arriver, nous avons besoin de plus d’élèves, et de soutien pour réfléchir avec vous à des solutions. Si vous souhaitez contribuer, la porte est ouverte !

Enfin, vous ne savez peut être pas que nous avons mis en place plusieurs système chez Yama afin que tout le monde puisse accéder aux cours :
– un tarif réduit qui est accessible sur simple discussion avec le professeur. Notre seule demande est que vous en ayez vraiment besoin. Car les enseignants ont eux même de petits salaires et octroyer un tarif réduit a un impact direct sur leur rémunération.
– Le « yoga suspendu » est un système par lequel certains élèves de Yama paient plus cher leur abonnement tous les mois afin de permettre à des personnes en grande difficulté financière de pratiquer. Yama people….
– Cette année, nous lançons l’abonnement SEVA (service) ou Solidarité Journée qui permet à toutes les personnes en grande difficulté financière de venir aux cours de journée uniquement pour un tarif de 16€/mois. Les enseignants ont choisi de faire cela en quasi bénévolat dans un esprit de contribution, de lien les uns avec les autres, de don.

Enfin, vous nous avez demandé des éclaircissements sur :
– Comment gérer les problématiques de santé personnelle : les enseignants sont à votre disposition, c’est essentiel que vous en parliez. Le moment pour le faire ?
Avant le cours, afin qu’il puisse vous conseiller, mais vous pouvez aussi demander un rapide rendez vous avant ou après le cours si besoin pour en parler plus longuement.
– Privilégier les cours de mysore : oui c’est notre objectif. Cette année, plus de Mysore et également le cycle d’intro Mysore afin que tout le monde se lance ! Vous nous demandez également de faire passer le mot de respecter le silence, notamment à la fin des pratiques de mysore …
– Certains veulent proposer des moments de pratique partagée entre élèves : faites vous connaître ! C’est avec plaisir que nous vous prêterons la salle pour offrir cet espace de partage.
– Vous demandez « plus de corrections », merci, cela nous permet de vous préciser que nous ne sommes pas là pour vous « corriger » 😉 En effet le yoga est un processus vivant, de long terme, et de réappropriation de sa propre puissance. Les ajustements éventuels ne sont pas indispensables pour cheminer dans sa pratique qui est le seul espace permettant de développer sa perception fine pour ensuite s’auto ajuster. En la matière PEU est donc MIEUX. Chaque posture est une expérience, il n’y a de « bien » ni de « mal » à corriger. C’est dans le souffle et l’intériorité qu’elle vit.
– Vous avez envie de plus d’ateliers pour « décortiquer les postures » cela sera en place sous forme d’atelier dès la rentrée, et de cours à Aix avec « Anatomie des postures », une création de Clara Thiers. Ce sera aussi le lieu du Cycle d’Intro, que les anciens pourront suivre ponctuellement quand ils souhaitent un cours plus détaillé. Cela répond aussi à votre demande de créer des cours grands débutants.
– Pourquoi n’y a t il pas de cours d’ashtanga après 20h ? Parce que la méthode, trop énergisante n’est pas adaptée à une pratique trop tardive … C’est à nous de créer de l’espace dans nos vies aux horaires adaptés.
– Peut on ouvrir les semaines de Mysore à une visite ponctuelle ? Ok, sauf pour ceux qui découvrent le mysore matinal pour la première fois. Pour eux, le processus des 5 jours est indispensable pour véritablement bénéficier de leur expérience. Nous pensons même proposer une quinzaine de mysore l’an prochain, qu’en pensez vous ?
– A 80% vous nous dites avoir apprécié la découverte des Yoga Sutra, avec tout ce que cela implique de temps pris sur la pratique et d’interrogations sur ces concepts parfois hermétiques.

Enfin vous avez été nombreux à nous exprimer votre besoin de mieux prendre soin de l’espace, collectivement. En effet, nourrir la sacralité de l’espace n’est pas que de la responsabilité des enseignants, chacun de nous y participe. Concernant les tapis, ils doivent être lavés très régulièrement, deux fois par an minimum, et il est indispensable que vous achetiez le vôtre, pratiquiez dessus, et le rameniez à la maison au moins pendant vos vacances. La sacralité de l’espace c’est aussi le niveau sonore, le respect des horaires, le fait de rapporter ses bouteilles d’eau et autres déchets, de prendre soin de partager l’espace, d’aimer le lieu …

Merci de m’avoir lue. Comme vous le voyez, c’était très riche ! Je n’ai pas insisté mais dans l’immense majorité vous nous avez essentiellement remercié pour la qualité de l’école, des cours, les enseignants TOPS, l’énergie, les valeurs que nous portons qui transpirent … Alors oui merci, c’est aussi parce que nous avons des élèves TOPS. Dans l’équipe, nous sommes
unanimes sur les sujets, émerveillés par la qualité des personnes qui arrivent à nous, nous font confiance et avec enthousiasme, persévérance et courage déroulent leurs tapis chaque semaine, pour créer un monde meilleur en soi, et au dehors …

Restant à l’écoute,
Du cœur
Vanessa

 

ARTICLE DE VANESSA BROUILLET SUR PÉTRI RAÏSANEN PARU DANS LE  SUPPLÉMENT DE L’ÉQUIPE DE SEPTEMBRE 2014

Téléchargez l’article

 

 

ARTICLE DE VANESSA BROUILLET DANS LO

Conseils pour aborder la rentrée en pleine forme

 La rentrée, c’est avant tout un phénomène très français. Si vous fréquentez dans votre entourage quelques étrangers, vous ne manquerez pas d’entendre leurs réactions étonnées au regard de cette trêve de l’été. Mais il faut bien l’avouer, nous tous ici sommes complètement conditionnés par « la rentrée ». 

 C’est un fait qui a aussi une réalité « énergétique », ce qui ne veut pas dire grand-chose concrètement car nous avons tous notre notion de « l’énergie ». L’énergie, basiquement, c’est comment je me sens quand je me lève le matin, après le déjeuner ou dans la soirée, quand je suis avec cette personne ou en train de réaliser telle ou telle activité… Si je prends une seconde pour écouter ce que je ressens alors je sais ce dont j’ai besoin.

Alors que ressentons-nous à la rentrée ? Il se peut que nous nous sentions un peu moins légères ou enthousiastes que cet été, parfois même un peu anxieuses. Mais l’énergie est sous-jacente et c’est le moment de l’utiliser. Une envie de cocooning, de rythme plus réglé pointe son nez. La nature a environ un mois d’avance sur nos saisons officielles, et nous avec, humbles occupants de ce grand mouvement universel. Ce qui signifie qu’intérieurement nous sommes déjà en ce mois de septembre dans l’automne. Les transitions entre les saisons sont les moments les plus importants pour nous préparer à ces grands changements. Notre corps et notre esprit réclament certaines choses.

Que faire alors pour aborder l’automne dans les meilleures conditions ? 

 Rythme de vie Tout d’abord, réinstaller une « routine », non pas dans le sens ennuyeux qu’on lui donne parfois à tort, mais dans un sens de rythme plus régulier, générateur de puissance vitale. Pourquoi sentons-nous parfois que nous avons besoin de nous « remettre » de nos vacances ? Parce que nous avons des vies de plus en plus denses qui font que les vacances sont devenues nos seuls espaces de repos et de lâcher prise. Or les vacances doivent aussi remplir notre besoin de découverte et de nouveauté, de rythmes hachés et relâchés.

Conclusion : nous rentrons bien souvent fatigués. Alors pourquoi ne pas profiter de la rentrée pour véritablement s’offrir le luxe de se poser dans nos vies pour bénéficier du maximum d’énergie ? Installer un rythme plus ou moins régulier de lever/coucher et de repas, faire chaque jour une chose à la même heure…

Adapter sa nourriture, son sommeil et ses activités Choisissez des aliments et boissons chaudes, ainsi que tout ce qui va vous humidifier et vous enraciner. Évitez les glaçons, les aliments soufflés (pop corn), la junk food, trop de nourriture crue. La journée peut commencer avec une tasse d’eau chaude, additionnée d’un peu de gingembre et de curcuma en poudre, d’un jus de citron et d’un peu de miel. De la même manière qu’après avoir mangé il faut le temps de digérer, après l’été vient l’hiver et pour le corps aussi c’est le temps de se régénérer autour de bonnes nuits et de moments calmes. C’est le moment de s’offrir une activité qui nourrit toutes les couches de notre être en profondeur, yoga, dessin, natation, danse… à vous de choisir ! Le métabolisme et la vitalité chez une personne en bonne santé sont très forts en automne, saison du vent et du mouvement, profitons-en.

Prendre soin de soi Avec l’arrivée de l’automne la peau s’assèche. Commencez la journée par vous enduire d’huile, laissez poser quinze minutes puis prenez votre douche. L’huile de sésame est détoxifiante, équilibre le système nerveux et favorise la circulation. L’eau est un élément essentiel pour la femme, c’est le temps des longs bains chauds qui s’annonce. Privilégiez les moments de détente, les personnes qui nourrissent et offrez-vous chaque jour un moment de bonheur pour vous, rien que pour vous. Une proposition qui fait ses preuves : au réveil, dix minutes assise dans son lit les yeux fermés pour invoquer nos désirs les plus profonds pour cette journée qui arrive et laisser le vide se faire dans l’esprit… votre journée en sera transformée. Et avec, votre entrée dans l’automne. Welcome!

Tisane spéciale automne : Acheter des graines de fenouil, coriandre et cardamome. En écraser une cuillère à café de chaque que vous plongerez deux minutes dans de l’eau bouillante. Dégustez avec un peu de miel, de salvia ou de sirop d’érable…

 

Dieu, deva et lumière

par Hélène Marinetti

 

TEXTE DE SUSAN FAUMAN

Traduit par Vanessa Brouillet

Comment découvrir ma constitution ayurvédique ?

Quand je mets ma casquette de Madame Ayurvéda, l’une des premières questions qu’on me pose est :  “Comment puis-je découvrir ma constitution ayurvédique ? C’est une question épineuse.  Car en vérité le meilleur moyen de connaitre sa constitution est de s’observer de près pour le découvrir par soi même. Et je ne dis pas ça juste parce que je ne veux pas répondre à la question.

Le mot que l’Ayurveda utilise pour “constitution” est PRAKRITI. Ce mot est composé de deux mots : PRA, qui signifie “premier” et KRIYA qui signifie “action”. On peut donc penser que prakriti est la “première action” que l’univers a eu sur nous en tant qu’être vivant (life form) au moment de la conception, pendant la grossesse et à la naissance. La manière dont sont combinées vos doshas au sein de votre constitution est unique et vous est propre. Elle depend de nombreux facteurs, comme l’état de santé de vos parents et l’endroit où ils se trouvaient dans le monde quand vous êtes passé d’un éclat scintillant dans leurs yeux à un jeu de cellules se divisant rapidement.

Une autre manière de percevoir prakriti – ma préférée – est liée à la nature de votre “première action” ou “ré-action” quand vous êtes exposé à quelque chose. Par exemple, quand vous recevez une bonne nouvelle, êtes-vous exalté, paisible ou est ce que vous réagisez à peine ? Quand vous rencontrez du stress, de venez-vous anxieux, efficace, irritable, apathique, hyperactif ? Ces attitudes donnent d’excellentes indications sur les doshas qui prédominent dans  votre constitution.

Votre prakriti, c’est ce que vous êtes né pour exprimer. Malheureusement, il est parfois difficile de séparer ce qui se passe actuellement à la surface de la marque que la nature a laissé sur vous à la base. Le monde intervient et la combinaison des influences venant de l’extérieur et de nos propres choix crêt en general quelque chose de légèrement (ou grandement) different de ce que nous sommes nés pour exprimer.

La gestion des affaires courante de votre système, est appelé VIKRTI (“séparé de l’action”) ou VIKARA (“séparé de vos mains”) Idéalement, notre état du moment devrait être une manifestation de notre prakrti. Ce qui veut dire qu’il faudrait que nous soyons capable de revenir à l’expression de l’équilibre des doshas que nous avions à la naissance.

Les doshas sont les acteurs de notre corps. Rien ne se passe sans eux. Et c’est dans leur nature de se déséquilibrer tous seuls. Ils accumulent et se dérèglent meme si vous avez “tout fait bien”. Maintenir l’équilibre (ou un semblant d’équilibre) est un travail constant de réajustement. C’est principelemnt pour cela que vous obtiendrez de meilleurs résultats en appliquant les recommandations ayurvédiques si vous apprenez à percevoir finement votre experience profonde et vos reactions à votre envirtonnement.

Alors, comment embarquer pour ce voyage vers vous-même ?

La première chose avec laquelle il faut que vous soyiez en contact , ce sont ces qualités sensoreilles, les gunas, sur lesquelle j’ai déjà écrit. Trouvez un endroit calme où vous assoir confortablement – ne croisez pas vos jambes d’une manière trop compliquée – et fermez les yeux Prenez quelques respirations dans le ventre. Pour plus de detail, lisez mon article sur “la respiration yogique complete”. Pratiquez -la quelques minutes. Maintenant, demandez-vous “Est-ce que je ressens du chaud ? du froid ? Y-a-t il de la légèreté ou de la lourdeur ? Une sensation d’humidité ou de sécheresse ?” Voyez si vous pouvez également appliquer ces qualités aux pensées, qu’elles soient fulgurantes ou lancinantes, de votre esprit. Chaud, froid, lourd, léger, humide, sec. Si ces qualités ne sont pas siffisemment convaincantes, essayez : mobile, statique, moelleux, rugeux, dur, mou,, dense, liquide, ennuyeux, acéré, grossier, subtile, collant et clair. A force, des tendances émergeront clairement. Pouvez-vous restez assis ainsi paisiblement pendant longtemps ? Vos pensées font-elles la course dans votre tête comme si elles essayaient de s’échapper ? Est-ce que vous trouvez le temps long à rester assis sans bouger jusqu’à ce que les sensations apparaissent ? Ressentez-vous des sensations de brulures ou d’engourdissement par endroit ? Ces tendances révèlent très certainement votre état “pas-tout-à-fait-en-équilibre“ du moment. Mais c’est un super point de depart, parce que c’est ce qui se manifeste aujourd’hui. Et la meilleure que vous pouvez faire c’est de travailler avec ce qui est ici et maintenant.

Quand vous deviendrez plus à l’aise avec cette manière d’inspecter vos senstations, essayer d’étendre un peu cette pratique à votre vie. Essayez de voir si  certaines de ces sentations sont plus prégnantes jour après jour. Cela vous donnera une idée du dosha qui joue le role principal dans votre vie. Dans mon article sur les 20 Gunas, il y a une liste des sensations prédominantes pour chaque dosha. En travaillant de cette manière, vous serez capable de découvrir votre Vikrti ou état courant de (dés)équilibre. De cette information, vous pourrez choisir les activités, la nourriture, et peut-être les herbes qui vous aideront à réduire les excés de doshas.